L’atterissage forcé

L’atterissage forcé

Dans les exercices obligatoires, il a l’atterrissage forcé. Assez intéressant comme exercice. En bref, tu pratiques à atterrir l’avion dans un champs si jamais il t’arrivait en vol que ton moteur lâche (ce qui est très rare tout de même!). C’est évidemment une simulation, donc en tout moment s’il y a un pépin, tu remets les gaz.

Pour pratiquer cet atterrissage, tu tires sur la manette des gaz, tu suis plusieurs procédures et ensuite tu fais semblant d’atterrir dans un champs. À 500 pieds du sol, tu remets les gaz et remonte! Avec un instructeur, tu passes à 300 pieds du sol. Mais, en solo et lors du test en vol, il est obligatoire de s’en tenir à 500 pieds. Ce qui est tout de même relativement bas.

J’ai filmée les deux fois l’exercice, soit avec instructeur et en solo. Voici donc les deux vidéos.

Démonstration de l’instructeur

Solo

Explications du vidéo en solo

Quand je regarde fréquemment vers le bas à ma droite, c’est parce que je regarde mes notes. J’avais apportée avec moi, les notes de l’instructeur des étapes à suivre. Je dois les mémoriser par coeur mais je me suis dis que ce serait plus facile de les mémoriser si je fais quelques pratiques correctement avec les étapes tout près. 😉

Les mouvements de main de gauche à droite c’est pour m’aider à distinguer le sens du vent, en regardant évidemment dehors pour certains repères visuels (fumée, arbres, eau, etc.). Je suis visuelle et gestuelle!

Je remets fréquemment les gaz afin de garder le moteur suffisamment chaud. En hiver, il est important de porter une attention particulière à ce que le moteur ne givre pas. Étant donné que c’est une simulation de panne moteur, nous ne voulons pas en créer une vraie. Donc, suite à chacun des étapes, il est recommandé et redonner un coup de gaz.

6 réactions au sujet de « L’atterissage forcé »

  1. Tu as bien un beau casque! Ca rapel des beaux souvenirs. Bravo pour la belle aproche, c’est pas super facile d’arriver au dessus du champs a la bonne altitude. J’en sais quelquechose: c’est la une chose que j’ai raté lors de mon examen.

    1. J’ai été bien conseillé et influencé pour le casque. ;-P

      Merci! En effet, gérer son altitude est pas très facile. J’ai choisi l’extrait du meilleur des trois que j’ai pratiquée. Les deux autres, j’arrivais trop haut. Je crois que c’est parce que je tourne trop tôt pour la finale… En espérant que je réussirai aussi bien que celui-là lors du test en vol.

  2. Wow! Je suis impressionné de la délicatesse de ce type d’opération! Moi, être dans un avion qui a un moteur qui cesse de fonctionner, c’est un parachute que j’aurais sur moi!!!

    C’est quoi la prochaine étape???

    Bon vol!

    1. Merci pour ton commentaire Mathieu!

      C’est le plus « rassurant » d’être dans un avion quand il y a une panne moteur. Tu sais que tu as relativement plusieurs options d’atterrissages, surtout si tu es plus haut dans le ciel. Évidemment, l’expérience du pilote jouera un grand facteur dans la réussite.

      Il y a déjà eu quelques prochaines étapes. J’écris pas les articles assez vite! 😉 Il y a ensuite la petite navigation et la grande. À suivre!

  3. Hi,

    Thank you for visiting my blog and taking the time to comment.

    I have made some changes, can you tell me if you see improvement on loading time?

    Are you German? If so, you can also comment in german as I also understand.

    Nathalie

  4. Hi!

    Thank you for visiting my blog and for the nice comment! I’m glad you enjoyed it and hopefully you will come back. I have posted a new article yesterday.

    What’s your new initiative?

    Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *