Les nuages: un élément important en aviation

Les nuages: un élément important en aviation

Je dirais que les nuages sont un élément important en aviation. Il faut rester sous ceux-ci en vol VFR, aller au-dessus en vol IFR (si souhaité) mais surtout ceux-ci nous renseignent énormément sur la météo. Beaucoup d’informations critiques à la planification d’un vol passe par les nuages. À quelle altitude sont-ils? Quelle portion du ciel occupent-ils? Quel type de nuage compose le ciel?

En vol, ceux-ci renseignent également les pilotes sur les conditions de vol à prévoir, tel que la turbulence, la pluie, un orage à venir, etc. C’est en regardant les nuages qu’en cours de vol, un pilote pourrait déterminer et prendre la décision d’effectuer un déroutement (changer le cours du vol pour atterrir à un autre aéroport) ou tout simplement rebrousser chemin vers son aéroport de départ.

Quant à traverser un nuage, cette manœuvre peut entrainer son lot de problème, comme par exemple le givrage de l’aéronef dont le carburateur qui est essentiel au bon fonctionnement du moteur. (Et oui, le moteur est essentiel pour rester en vol!) Mais également la perte de contrôle de l’avion, si le pilote n’est pas qualifié pour le vol aux instruments (IFR). Je me suis fait dire à plusieurs reprise qu’il ne fallait que 90 secondes pour perdre le contrôle de l’avion après être entré accidentellement dans les nuages. Voici d’ailleurs un article intéressant écrit par un chef instructeur de vol.

Extraits du Manuel météorologique du commandement aérien:

L’atmosphère est composée d’un mélange de gaz qui sont tous invisibles et qui contribuent tous au volume total de l’air entourant la Terre. Même si la vapeur d’eau ne constitue qu’un faible pourcentage du volume total des gaz contenus dans l’atmosphère, elle est très importante du point de vue de la météorologie. L’eau peut exister sous forme liquide, gazeuse ou solide dans l’atmosphère; ainsi donc, lorsque l’eau sous forme gazeuse passe à l’état solide ou liquide, c.-à-dire gouttelettes ou cristaux de glace, elle forme soit un nuage soit du brouillard selon l’altitude à laquelle la transformation se produit.

 

Lorsque l’air humide se refroidit, il en résulte des nuages, du brouillard et des précipitations. En vol, il faut reconnaître où un tel refroidissement peut se produire.

 

En air stable, les nuages se forment en couche et, en air instable, ils s’élèvent dans le ciel comme des tours. Les précipitations sont de type continu en air stable et prennent la forme d’averses en air instable. Le brouillard également caractérise l’air stable.

 

Air stable: nuages en couches, aucun mouvement vertical, les colonnes de fumée s’aplatissent après une ascension limitée, la visibilité est mauvaise aux niveaux inférieurs en raison de l’accumulation de brume et de fumée, couches de brouillard, vents stables.

 

Air instable: les nuages se développent verticalement et la fumée s’élève à grandes altitudes, nuages en forme de tour, courants ascendants et descendants, vents soufflant en rafales, bonne visibilité.

Ce ne sont que quelques extraits d’un des livres recommandés pour la formation de pilote. Un livre de plus de 200 pages uniquement sur la météorologie!

Malgré tout, les nuages sont fascinants à regarder, du sol ou du haut des airs. Je vous parlais d’ailleurs dans un précédent article de blogue du Cloud surfing en vous présentant un vidéo effectué lors d’un de mes vols d’entrainement. Re-voici ci-dessous le vidéo:

Je suis tombé récemment sur cet article qui répertorie 8 des nuages les plus rares et les plus beaux. J’ai pensé partager le lien sur ce blogue.

Les 8 nuages les plus rares et les plus beaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *