RVA chez Mo & atterrissage sur la rivière des Outaouais avec roues

RVA chez Mo & atterrissage sur la rivière des Outaouais avec roues

best_DSC_0009

Après plus de deux semaines sans voler, dimanche, le 21 février à 8h05 du matin, je partais en voiture de Gatineau en direction de l’aéroport de Maniwaki afin d’y tenter un vol. Les prévisions pour Maniwaki ainsi que Gatineau annonçaient du beau temps pour l’après-midi. Il y avait une petite neige qui tombait par intermittence tout au long du trajet. Nous avons dû attendre jusqu’à 12h40 avant de pouvait tenter un vol. L’objectif était de décoller et de voir comment ça se présentait en hauteur.

La visibilité n’était pas illimitée mais bien suffisante pour un vol vers Gatineau, ou plus précisément vers la piste d’atterrissage temporairement aménagée par Maurice Prud’homme sur la rivière des Outaouais, à 1 NM à l’ouest du VOR d’Ottawa (à l’ouest d’Aylmer). Pour une 27ième année,  le RVA à Mo (Mo’s Fly-in) a eu lieu le samedi 27 février. Le samedi matin, 20 février, Mo était venu faire une courte visite au déjeuner mensuel de l’Association des Gens de l’Aviation de Gatineau et nous avait informé que sa piste était prête.

Peu de temps avant de partir, j’ai parlé avec Maurice par téléphone pour m’informer des conditions de piste. Pendant l’appel, je pouvais entendre les conversations radios et un pilote a fait un posé-décollé et nous a ensuite donné ses commentaires. Une bonne façon de se renseigner avant de se diriger vers une piste, surtout sur une rivière glacée.

Pour ce voyage, j’avais un passager avec moi. Celui-ci est un habitué des vols en avion léger, mais a peu voler dans les dernières années. Après un bon briefing, j’ai confirmée avec lui qu’il était à l’aise avec ce vol. Un passager énervé peu ajouter bien des soucis au pilote.

andre_durocher_IMG_2093
Sur le point de décoller. Mo en avant-plan. Merci à André pour la photo.

En arrivant près de la piste à Mo, qui se trouve dans la zone d’entrainement, les communications étaient sur 123,35 et il y avait déjà plusieurs autres avions dans les environs. Un autre RVA avait lieu quelques 10 NM à l’ouest. Plusieurs sont passé pour venir essayer la piste, soit en y passant à basse altitude (low pass), ou pour y effectuer un posé-décollé.

Moi-même avant d’y atterrir, j’ai fait une passe à environ 100 pieds sol pour y inspecter le plus méticuleusement possible la piste. De l’eau se trouvait sur les côtés, causé par la fonte des bancs de neige. L’épaisseur de la glace y était rapportée à environ 10 pouces. Satisfaite, j’ai remis les gaz pour effectuer un circuit.

mo_runway_feb21-2016_04
Passe à environ 100′ du sol pour y inspecter méticuleusement la piste.

La piste préférée était la 34 mais au lieu des 4000 pieds prévus, c’est plutôt d’environ 2000 pieds que j’ai dû me satisfaire pour ce premier atterrissage sur glace. Un avion s’était arrêté sur la piste, ne pouvant se retourner. (Le propriétaire m’avait confirmé par radio qu’il était ok pour que je tente un atterrissage passé son avion.) Mon avion étant équipé d’un kit Stohl, les performances sont appréciablement améliorées et c’est avec facilité que j’ai réussie à me poser au sol (ou plutôt sur la glace) en deçà de 1000′, avec un arrêt complet.

mo_runway_feb21-2016_08
Très courte finale pour la piste 34.

Comme vous pourrez le voir sur le vidéo ci-dessous, la piste était un peu cabossée. Mais ça n’a rien enlevé au plaisir! Une superbe première expérience pour moi.

Quand j’y suis atterrit, nous étions trois avions au sol et c’est chaleureusement que Maurice et son épouse Lise nous ont accueillis. J’ai croisée Maurice à quelques reprises dans les derniers mois, incluant une journée complète où je l’ai apporté volé dans mon Cessna 150. Nous avons eu plusieurs heures pour jaser. C’est clairement un homme passionné par l’aviation, et ça ne date pas d’hier. Il met énormément de temps, d’efforts ainsi que d’argent dans ce RVA où vous pouvez déguster un excellent chili, des bines maison et autres grignotines. Il carbure à la joie de recevoir ses confrères (et consœurs!) pilotes chez-lui à tous les ans, depuis 27 ans. J’admire son énergie et sa passion de l’aviation.

Quant à moi, c’est avec beaucoup de regrets que le jour-même, j’ai malheureusement décidée de conduire au lieu de voler. Les prévisions pour Maniwaki étant médiocre, et avec des vents très forts annoncés , en plus de rafales, je trouvais que c’était trop pour mes capacités. Un pilote prudent vole plus longtemps?

DSC_0029

Si vous êtes pilote, je vous recommande fortement d’aller visiter ce RVA. L’organisation est superbe, et la sécurité y ait de toute évidence une priorité. Pour le jour de l’activité au minimum une personne est sur place, dans une tour, pour y opérer deux fréquences radios attitrées et ainsi améliorer la sécurité dans les airs, et au sol. En plus, c’est une occasion toute spéciale de pouvoir atterrir sur une rivière glacée… avec des roues!

Longue vie au Mo’s Fly-in!

Note: Jean-Pierre Bonin, photographe officiel pour l’APBQ (Association des Pilotes de Brousse du Québec) a prit de superbes photos au sol et du haut des airs. Je vous invite à faire une recherche sur Internet pour celles de cette année ainsi que des années passées.

3 réactions au sujet de « RVA chez Mo & atterrissage sur la rivière des Outaouais avec roues »

  1. Vraiment bien votre vidéo, merci pour ce compte-rendu.

    J’ai de la misère à laisser un commentaire j’ai toujours ce message : Erreur: Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA. Appuyez sur le bouton retour de votre navigateur et essayez de nouveau.

    1. Merci pour ton commentaire Pierre. J’apprécie ta visite et lecture. Quant au CAPTCHA, je crois avoir réglé le problème. À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *