À quoi s’attendre avec des cours de pilotage

À quoi s’attendre avec des cours de pilotage

« Si c’était facile, tout le monde le ferait. » Bon ok, peut-être pas tout le monde, mais me répéter cette phrase m’a aidé à passer au travers de quelques passes difficiles. Je ne vous mentirez pas, les cours de pilotage c’est demandant. Rare sont ceux qui naviguent au travers de leur formation complète avec une grande aisance. Certaines parties sont plus faciles pour certains, et d’autres plus difficiles.

Nous devons faire face à dame nature et nous adapter à ses caprices. Parfois ça veut dire annuler des vols pour cause de mauvaise météo.

J’ai commencée dans l’instruction avec la ferme certitude que tous pouvaient apprendre à piloter en y fournissant suffisamment d’efforts. Après maintenant un an et demi, j’ai dû en venir à la dure conclusion que piloter n’est pas fait pour tout le monde. Certaine personne manque un… je ne sais quoi pour bien réussir à assimiler toutes les facettes exigées simultanément dans la cabine de pilotage en tant que commandant de bord.

Je suis tombée sur un vidéo produit par un capitaine avec une ligne aérienne qui décrivait les problèmes du système de recrutement de pilotes dans le monde. Comment devenir un pilote de ligne commerciale. Bien que je ne suis pas tout à fait d’accord avec tout ce qu’il dit, un point important est ressortit: un test de compétence de base devrait être administré aux personnes intéressées par une carrière comme pilote. Peut-être que ce serait utile aussi pour les pilotes récréatifs.

Les temps ont changés – drastiquement. Je doute que ça restera ainsi pour longtemps, mais présentement, il y a une forte demande pour former des pilotes. (Ça a changé juste par le temps que je finalise la publication de cet article!) J’attribue cette demande en hausse à toute la publicité qui véhicule à propos de la pénurie de main d’oeuvre. Jeunes et moins jeunes se lancent dans ce projet de carrière, ou de changement de carrière, les yeux brillants d’espoir. Rêvant de voyager partout dans le monde et de faire fortune tout en vivant une vie « glamour » rempli d’aventures. MISE À JOUR: les mises à pied de pilotes se multiplient, et certains services aériens ferment. Le tableau a beaucoup changé depuis février quand j’ai commencée à écrire ce texte. Certains parlent que ça prendra 1-2 ans, d’autres 3-5, avant que cette pénurie revienne.

Après avoir lu plusieurs livres biographiques et auto-biographiques, et d’avoir discuté avec des pilotes vivant « le rêve », une bonne partie de ce monde imaginé se concrétise pour certains mais c’est loin d’être juste du beau. Et puis, quel chemin de croix pour s’y rendre!

Mais je m’éloigne de mes intentions pour cet article. Le point étant qu’il faut bien plus qu’un rêve en tête pour y parvenir. Je dirais que la persévérance et la détermination sont les principales qualités qu’un élève-pilote doit posséder pour réussir. Avec une sérieuse dose de passion! Mais vous devez aussi avoir une certaine agilité en mathématique, et une bonne capacité au multi-tâche. La majorité de ceux qui commencent ne termine pas. Comme j’ai écris, ce n’est pas facile. Mais oh! comment satisfaisant et gratifiant. Un sentiment de liberté indescriptible te rempli quand tu es dans les airs. Rien ne m’a donné plus confiance en moi que d’apprendre à piloter un avion.

Le temps

Vous pouvez prendre autant de temps que vous le souhaitez pour compléter votre formation. Mais chaque journée loin des livres ou des pratiques en vol, vous fait oublié un peu de vos apprentissages. Ce qui a pour effet de nécessité plus de révision. La partie au sol est peu coûteuse, mais en revanche, la partie en vol est dispendieuse. Donc plus vous nécessité de révision et…

Dépendant où vous en êtes dans votre formation, votre capacité à assimiler de nouvelles connaissances, votre temps disponible à la maison pour vos travaux d’études et votre disponibilité pour les vols, l’idéale serait de voler au minimum une fois par semaine et voir tous les jours si les moyens vous le permettent.

Argent

Ce qui nous apporte au sujet de l’argent. « Combien ça coûte une licence de pilote privé? » Je l’ai entendu souvent cette question! Je répondrais qu’il n’est pas exagéré de budgéter 20 000$ et pas surprenant si vous dépassez ce montant.

Selon la section 421.26, un minimum de 45 heures de formation est exigé, incluant 17 heures en double commande (instructeur à bord), 5 heures de vol aux instruments, et 12 heures en solo. (Oui, un totale de 34 heures, le reste étant répartit au besoin. )

La réalité étant que plusieurs nécessitent plus que ces minimums.

Avec la demande en croissance grand V, les coûts d’exploitation ne cessant de grimper et le coût des instructeurs ayant presque doublé en 7 ans (45$/h en 2012 versus 72$/h en 2020), ce n’est pas une surprise que le coût total de la formation s’est fait électrocuté!

Ce qui me désole se sont les écoles qui laisse encore miroiter aux candidats intéressés qu’ils peuvent compléter une licence avec 10-15 000$ quand en réalité, c’est peu probable. Pire, dire qu’avec 50 000$ tu peux compléter une licence de pilote professionnelle avec annotation multi-IFR. C’est une fois endetté jusqu’aux oreilles qu’ils se rendent compte qu’ils se sont fait chanter une belle chanson. Rendu là, quoi faire? Si tu arrêtes, tu n’as pas de licence suffisante, rien en poche pour commencer une carrière. Mais comment continuer quand les fonds sont à zéro et aucune possibilité (supplémentaire) d’emprunt?

Retour d’un vol de formation. Mon étudiant était aux instruments (avec des lunettes limitant sa vue dehors) et moi je pouvais admirer le sublime paysage. Je lui ai tout de même laissé un instant pour regarder la beauté de ce qu’il manquait. Il faut ce qu’il faut!

Pour bien des personnes, maintenir un emploi à temps plein, avec des enfants, plus une vie sociale ne s’agencera pas harmonieusement avec la formation. Ou du moins une cadence permettant d’optimiser au plus bas les coûts de formation. Plus vos vols sont rapprochés, et moins vous oublierez d’une leçon à l’autre.

Autre les coûts de formation en vol, vous aurez aussi à débourser pour les frais de briefing au sol avec l’instructeur, les cours théoriques, (plusieurs) livres, quelques outils (calculatrice CX-2/3, E6B, règle, etc.). Un casque d’écoute vous est souvent offert en location avec l’école de pilotage, mais après avec vécu des situations avec des étudiants ayant de la difficulté avec les appels radio, vous devriez considérer en acheter un le plus tôt possible. Vous pouvez en trouver un convenable pour environ 200,00$.

Personnellement, j’ai réussie à continuer à travailler pendant les 2 premières années (durant mon PPL, et une partie de mon vol de nuit). Ça aidait d’être travailleur autonome et d’avoir de la flexibilité dans mon horaire.

Retour d’un de mes étudiants après son premier vol en solo. Un moment fort en émotion et inoubliable.

Apprentissage

Toujours selon la section 421.26 pour la licence de pilote privé, vous aurez besoin de compléter un minimum de 40 heures de cours théoriques. Les sujets sont les suivants:

  • Règlement de l’aviation canadien;
  • Aérodynamique et mécanique du vol;
  • Météorologie;
  • Cellules, moteurs, circuits et systèmes;
  • Instruments de vol;
  • Théorie de la radio et de l’électronique;
  • Navigation;
  • Opération aérienne;
  • Condition de délivrance des licences;
  • Facteurs humains incluant la prise de décisions du pilote.

Par expérience personnelle et professionnelle, vous investirez facilement le double, voir le triple de ces heures en plus, en études à la maison pour assez bien assimiler ces connaissances et pratiquer des questions typiques afin de pouvoir passer l’examen écrit avec Transport Canada.

Et ensuite, vous aurez à réviser d’avantage pour passer l’examen oral de votre test en vol.

Plusieurs heures seront passées au sol avec votre instructeur, et tout votre temps passé aux études à la maison vous aidera à réduire les temps de briefing.

Les leçons en vol vous demanderont également d’apprendre un bon nombre de nouvelles habiletés. Vous aurez à vous habituer à un nouvel environnement, avec des sensations différentes, penser avec une dimension supplémentaire (l’altitude!) tout en écoutant à la radio et en gardant un oeil vif sur le traffic. Le multi-tâche est un défi important pour certains. Mais votre instructeur vous enseignera tout peu à peu. C’est pourquoi 45 heures de formation en vol est souvent insuffisant pour réussir à tout maitriser avec une aisance acceptable tout en effectuant tous les exercices en vol selon les critères du test en vol mis en place par Transport Canada.

La philosophie de l’entraiment

Le but principale de la formation est de vous montrer la plupart des façons avec lesquelles un avion essaiera de vous tuer. Les critères du test en vol ont été développés, et sont modifiés régulièrement, avec l’expérience de plusieurs instructeurs et acteurs de l’industrie, et d’analyse de centaines d’accidents d’avion. (Il est dit qu’un pilote ne vivra pas assez vieux pour faire toutes les erreurs à lui seul, donc il serait sage d’apprendre des erreurs des autres!) Je crois que n’importe qui peut piloter un avion en ligne droite et avec un peu de coaching décoller et atterrir. Mais réagir correctement en cas de problème? Non. Une solide formation est obligatoire et essentielle (et légalement requise).

Le site de Transport Canada regorge d’exemples où des pilotes ont mal chargé un avion (bien au-delà du poids maximal permis) et que l’avion s’est écrasé au décollage. Une panne moteur mal gérée où le pilote (ou apprenti) a décroché (c’est quand la magie sur les ailes s’arrête, si on veut simplifier) son avion dans un virage ou en tirant trop sur le manche. Ce ne sont que quelques exemples. Il y a une raison pourquoi cette formation est exigée, pourquoi les règles sont en place. Ceux qui les ignorent finissent tôt ou tard par apprendre une leçon qui leur en coutera beaucoup plus cher que la formation avec un instructeur qualifié. Tu peux être « chanceux » une centaine de fois, …

Les difficultés courantes

L’avion. Un sujet vaste à lui seul. Avec la demande en hausse pour de la formation (reste à voir dans les prochains mois comment cette demande se présentera suite à la pandémie Covid-19), les avions le sont tout autant. C’est l’un des facteurs majeurs qui limite le nombre d’élèves-pilotes. (En plus des instructeurs.) Les avions sont très prisés, et vous devez dans bien des cas réserver plus de 2 semaines à l’avance.

Les avions enregistrés commercialement demandent des vérifications aux 50h et 100h, en plus des réparations courantes dûs à l’utilisation. Pendant les entretiens, l’avion devient indisponible.

Si vous êtes convaincu de vouloir y aller à fond avec vos cours de pilotage, il est avantageux de faire l’acquisition d’un avion. Mais encore faut-il en trouver un adéquat, et que les finances vous le permettent. Je me demande même si dans un avenir proche, un espace de stationnement à un aéroport où il y a une école de pilotage ne deviendra pas restreint, voir impossible. Plusieurs frais fixes sont associés à un avion, mais vous aurez le grand avantage de la disponibilité, même en ayant quelques partenaires (achat d’avion en co-propriété).

Se préparer

Comment pouvez-vous vous préparer avant de commencer vos cours de pilotage avec l’avion ou même au sol? Consultez le Guide d’études pour la licence privé de Transport Canada, et voici leur liste de matériel d’étude recommandé. Un très bon départ.

J’espère que ça vous aidera à orienter votre projet de devenir pilote, de loisir ou professionnel. Au plaisir de vous côtoyer dans une école de pilotage, dans un aéroport, dans le ciel ou… dans un Rendez-vous Aérien lorsque nous pourrons nous rassembler à nouveau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *